Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

Articles avec #les justes tag

Le FN enfin responsable !

22 Mai 2014 , Rédigé par Hagaär Dünor-Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

 

Des Français, il y en a qui ont des problèmes, réels ou ressentis, qui ont l’impression que les responsables politiques n’arrivent pas à les aider. Alors ils ont peur. Peur du chômage, de l’avenir, de la mondialisation et surtout des bronzés. Y’a rien de mieux que de haïr les étrangers pour exorciser ses propres peurs, que de se sentir entre soi. Des Français en sont donc venus à détester l’ensemble de la classe politique, qu’ils juge incompétente.  Alors ils en viennent à voter pour le Front national, sans se souvenir des municipalités conquises par l’extrême droite dans les années 90, ressorties exsangues de l’aventure, avec un monde associatif anéanti, les livres expurgés des bibliothèques, les indésirables licenciés, les affaires de corruption. Ces Français-là ont la mémoire courte…


Pour un parti mené d’une main de fer, pas une oreille qui dépasse, avec à sa tête une clique familiale dont la fortune s’est faite sur des héritages qui ont donné lieu à plusieurs procès. Pierrette Le Pen, divorcée du vieux, parlait des millions de ces héritages bien planqués en Suisse. Oublions le soutien à Bachar El Assad, à Vladimir Poutine, à Saddam Hussein en son temps… Si le discours du front national est officiellement expurgé d’extrémisme, il pratique un autre langage en interne, toujours teinté de racisme, d'antisémitisme et de nostalgie pour le nazisme, témoin l’Internet envahi par les trolls fachos.


Revenons sur Hénin-Beaumont, où le maire Steeve Briois s’est bien implanté. Il peut remercier la gauche locale qui s’est démenée, à force de magouilles et petites trahisons entre amis, à pousser ses électeurs dans les filets du FN. Pour résoudre les problèmes économiques c’est un drôle de choix que cet épouvantail, inquiétant et isolé : qui va investir dans de ce territoire ? 


À moins d’ôter les mots « liberté, égalité, fraternité » de notre devise, le FN ne sera jamais un parti républicain, même s’il n’a rien contre les arabes ou les noirs, du moment qu’ils s’appellent Bachar el Assad ou Dieudonné M’Bala M’Bala.


On les verra à l’usage, les fascistes. Mais que ceux qui attendent de voir pour croire ne s’attendent pas à des miracles.

Lire la suite

Aux poubelles de l'histoire

26 Décembre 2013 , Rédigé par Hagaär Dünor-Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

 

"Responsable mais pas coupable" : c'est par ce genre de pirouette sémantique que la Cour Internationale de Justice (CIJ) dédouana la Serbie de sa culpabilité dans l'affaire de Srebrenica, qui fit huit mille morts et quelques quarante mille déportés en quelques semaines. La Serbie de l'époque n'a donc pas "orchestré" ce massacre, pourtant qualifié de "génocide" par cette même Cour. Un génocide, c'est un massacre orchestré en raison de l'origine ethnique d'une population, en droit international. C'est une circonstance aggravante du crime contre l'humanité. Ce qui n'est pas joli-joli, si vous voulez mon avis.

La cour parvint à ignorer la politique de Belgrade pendant le conflit en ex-Yougoslavie, ainsi que les discours de Milosevic qui promettait la purification ethnique de la "Grande Serbie". Ça en fait, des guillemets ! Et des majuscules !

Je dis que séparer la guerre nationaliste des Serbes et le massacre de Srebrenica revient à séparer les chambres à gaz de l'histoire de la seconde guerre mondiale : c'est du révisionnisme.

Ce n'est évidemment pas pour les seuls beaux yeux de la nouvelle administration yougoslave qu’a été rendu ce verdict, administration qui préfèrerait oublier ce "problème". Le génocide fut reconnue par le Tribunal Pénal International (TPI), et la Cour ne pouvait pas aller contre cette reconnaissance ; il y a donc bien eu un génocide, mais le coupable s’est fait la belle ! Peut-être a-t-on espéré que les Serbes adouciraient leur position sur le Kosovo ? Au contraire : Belgrade avait tout de même exigé de la communauté internationale qu’elle reconnût la souveraineté yougoslave sur la province. "Poignez vilain, il vous oindra. Oignez vilain, il vous poindra !"
L’avantage de ce verdict, c’est que l’affaire a été classée : plus d’investigations sur ces tragiques semaines.

Srebrenica était sous la protection de quatre-cents casques bleus Néerlandais. Ils demandèrent le soutien de l’aviation de l’OTAN, qui est une bonne grosse aviation qui aurait donné à réfléchir aux milliers de soudards qui s’apprêtaient à investir la ville. Le général Janvier, commandant Français de la force ONUsienne, refusa cet appui.
Pourquoi ?

Des notes confidentielles et des conversations secrètes ont été déterrées du bourbier secret-défense par l’association Médecins Sans Frontières (envoyez vos dons) : Chirac était en contact avec Milosevic, et avec Clinton, qui accepta de ne pas pratiquer ces frappes "inacceptables" pour le Président de la République Française -en notre nom, à nous Français, donc. Amitié séculaire, ancestrale… J’ai honte de mon pays, de sa scélératesse une fois de plus démontrée. Est-ce que François Hollande aurait agi de cette manière ?

Un peu dans la même veine, le juge Bruguière a rendu ses conclusions sur l'attentat qui coûta la vie au dictateur Rwandais Habyarimana, évènement désigné par le juge Français comme signal de départ du génocide rwandais. C'est Paul Kagamé, chef du FPR (Front Patriotique Rwandais), actuellement au pouvoir, le responsable. Et par là même et grâce à une habile interprétation, le vrai coupable du génocide. Cherchez l'erreur.
C'est à dire que Bruguière agissait sur ordre : il fallait dédouaner la France, qui a formé les génocidaires Hutus, qui les a armés et qui les a laissés faire. Souvenez-vous des images du JT montrant les troupes françaises de la force "Turquoise" accueillies en libératrices par la population rwandaise. Seulement, ce qui n'était pas précisé, c'est la composition de cette foule : c'étaient les massacreurs qui acclamaient la France, bien contents d'échapper au FPR, soutenu par les forces ougandaises, qui entraient victorieusement dans le pays. En renvoyant dos à dos le FPR et les maniaques de la machette -800 000 morts-, la France se livre au délicat exercice du négationnisme. Comme pour la Shoah, les massacreurs et leurs complices ont essayé de masquer leurs crimes dès leur perpétration - c'était la position des autorités rwandaises de l'époque. La France permis à la plupart des suspects de fuir au Congo voisin.

Une petite pelletée de terre et un dernier crachat sur la tombe des victimes du carnage. Z'avaient qu'à être moins musulmans, z'avaient qu'à mieux aimer la France !

Les tartufes de la politique se congratulent, et tout le monde est content ; une bonne chose de faite, allez hop ! Aux poubelles de l'Histoire !

Attention. Je ne dis pas que la France est coupable de génocide, ni à Srebrenica ni au Rwanda. Mais je dis qu'elle s'est fourvoyée dans ses choix d'alliances et qu'elle a manqué de discernement en s'impliquant partialement dans ces susdits conflits.

La démocratie a encore perdu des points dans ces régions, où le feu couve encore sous les cendres des victimes…

Joyeux Noël à tous

Lire la suite

Je vais dire du bien de quelqu'un !

27 Décembre 2012 , Rédigé par Hagaär Dünor-Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

Je me tâtais pour dire du bien de quelqu'un, pour une fois...

Mais franchement, c'est trop difficile ! 

Il y a bien Cavanna, mon auteur français préféré, mais bon, il est un peu con. La bonne poire, quoi :des empaffés lui ont piqué son journal, son bébé, un journal qui vous provoquerait des mai 68 et des printemps arabes, oui, ce genre de journal, que j'ai tant aimé, et qui n'est plus qu'une feuille nombriliste et (horreur) sérieuse ! Lui qui pensaient que c'étaient ses amis...

Déjà, j'aimais pas Philippe Val, depuis qu'il avait viré Lefred-Thouron, pour ceux qui s'en rappellent, qui avait fait un dessin ma foi très drôle sur Font, qui s'était fait chopé comme pédophile. Si je ne me souviens pas de la nature du dessin, je me souviens bien que j'avais adoré. Ensuite Val a dîné en ville, et il est devenu directeur de France Inter, il s'est farci Guillon, et d'autres... De toute façons, Val, moi, je ne le touvais déjà pas drôle quand il était humoriste. Ca se sentait que c'était contre-nature. Son compère amateur de mineures, lui, il me faisait péter de rire, mais depuis il n'en a plus jamais eu l'occasion. 

Cavanna a bien eu raison de leur chier dans les bottes. A 87 ans, faut le faire. Cavanna est un sacré bonhomme, et il faut lire LUNE DE MIEL, chez Gallimard ou en poche ; à la page 3, j'étais déjà en train de rire et de pleurer, je morvais partout, et je m'étouffais dans ma bave, c'était très agréable et très désagréable à la fois... A essayer, vous qui aimez les sensations fortes et l'écriture imprimée !

Lire la suite

Vacances

16 Août 2009 , Rédigé par Hagaär Dünor-Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

Aujourd'hui, je suis allé à la plage. Et puis, j'ai aidé une vieille dame à souffler pour les ouvrir dans les sacs en plastique du rayon fruits et légumes.

Alors j'ai eu cette idée lumineuse d'emploi de se(r)vice pour l'activité de mon entreprise d'aide aux quidams : souffleur de sac en plastique (biodégradables) au rayon fruits et légumes.

J'ai un témoin.

Lire la suite

Mon père, ce héros

28 Juillet 2009 , Rédigé par Sébastien Clivillé-Hagaär Dünor-Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

" - Elle est bonne, ma tortilla, ou très bonne ?
- Elle est très très bonne, papa !
Lire la suite

Le plein d'ordinaires

19 Juillet 2009 , Rédigé par Sébastien Clivillé-Hagaär Dünor-Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

Les handicapés sont des gens pas ordinaires, autrement dit ce sont des gens extraordinaires, en comparaison à nous autres, les gens ordinaires.

Exemple : Mozart n'était pas un enfant ordinaire.

Lire la suite

Nocturnes

17 Juin 2009 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Toxic Avenge Publié dans #LES JUSTES

Denis Robert ? C'est un des journalistes les plus couillus de cet hémisphère. N'empêche que de s'intéresser aux trafics de nos puissants, ça lui coûte cher en procès et autres menaces. Vous ne savez pas qui est Denis Robert ?
Ah.
Allez ici, et , mais non, la plupart des journalistes ne sont pas des faux-culs. compromis. Prenons-en de la graine.
Voilà, je l'ai vu la nuit dernière à la télé en compagnie de la formidable Eva Joly -quelle femme! - alors j'ai eu envie de lui rendre hommage.
J'étais couché, et puis je me suis relevé : impossible de fermer l'oeil. J'ai un vieux rhûme qui me gâche la vie. Si ça se trouve, même, j'ai choppé une petite grippe A (on ne dit plus porcine, pour ne pas inciter le peuple à ne plus manger de cochons, même si les premiers cas sont apparus auprès de grandes porcheries mexicaines... Bref), en tout cas ça fait mal aux sinus. Ou alors je suis devenu allergique aux poils ; ça serait embêtant.
Ma fenêtre est ouverte sur la campagne, et je devrais dormir, plutôt que d'écouter les chants des grenouilles et autres chats-huants. Moi aussi, je suis un nocturne. J'aime les petites musiques de la nuit à la campagne ; c'est apaisant. Et puis je ne sais pas jusqu'à quand existeront encore les batraciens. J'en profite...
Lire la suite

Symbole

30 Mai 2009 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Toxic Avenge Publié dans #LES JUSTES

Un voyage... Peut-importe la distance. Un vrai voyage, il est fait de moments forts, de découvertes, de rencontres... Il faut tenter de rejoindre l'horizon.
Moi, j'avais ma belle voiture toute neuve de bourgeoise planplan (je ne sais pas ce que ça veut dire. Bougresse ?), et ce n'est pas antisémite que de dire cela, une coréenne fabriquée en Slovaquie, une bagnole internationale pour avancer jusqu'au bout de la terre... J'ai pas acheté français, j'avais pas les moyens. Et puis ma caisse, c'est une low cost, et qui fait pépère plutôt que bourgeois, avec les sièges enfants. Non ?
Chez Joan et Éléonore, il y a des tableaux partout, quelques sculptures, dans toutes les pièces et jusqu'à la cave... Des oeuvres de Joan Clivillé, le grand frère de mon papa... Ils sont attendrissants à regarder ensembles, les vieux frangins, ils ont un petit rituel : Joan donne un coup de poing dans l'épaule de Norberto, et puis se met en garde : « - Je te rappelle que je suis ton aîné, tu me dois le respect. Tu n'es qu'un gamin ! » Norbert rigole et lui balance un coup de hanche artificielle. On trouve aussi des tableaux, des lithographies de Lionel Clivillé, disparu il ya quelques vingt ans déjà, des ronds agressé par des carrés, une peinture très offensive, comme un cri de révolte, et puis les toile de Jean-Louis Clivillé, Ibéro-Normand s'il en est ; il dit (c'est mon cousin) souvent «qu'il est un gârs d'ici, qui sent le Neuchâtel en-dessous les bras », et il peint des taureaux noirs et des arbres qui jaillissent de la lumière, on se demande comment et où il va les chercher, si ce n'est de l'autre côté des Pyrénnées.
Je leur ai parlé de ce projet de devenir Espagnol ; nous avons cette idée- là, mes frangins et moi. Vincent à l'air le plus chaud, et moi, suiviste, j'attends qu'il me donne l'exemple (fais-moi penser à l'appeler à ce sujet), François et Laurent semblent partants aussi, François, c'est sûr, ,il a envie : il m'en a parlé, et je pense que Laurent est de la partie aussi, même si rien ne m'a été encore dit... J'ai l'impression que nous sommes plus catholiques que le pape, en la matière : mon père a dit que nous allions lui forcer la main.
Je me suis posé la question de l'opportunité de devenir Espagnol. Côté pratique, j'ai tout de suite pensé à Sarkozy... C'est con, hein ? Je m'explique : je nourris une sorte d'obsession envers la tendance qu'a le bonhomme à tendre vers un régime sécuritaire, je pense à ces deux petits garçons qu'une demi-douzaine de courageux flics sont venus chercher à la sortie de l'école que c'était même pas ces gamins qu'avaient volé le vélo, à l'anarchiste Coupat en prison pour délit d'opinion, je me suis dit qu'avec un passeport européen pas français... Ça me mettrait un peu à l'abri.
On pense de ces trucs parfois... Le président de la République est attaché aux respect des libertés individuelles, et les flics français sont réputés pour leur humanité... C'est bien connu.
Le problème, c'est que je ne parle pas le castillan, encore moins le catalan ! Ça a bien fait rigoler Léo, ce plan : « Moi, ye me sens pluss Française que Espagnole, ma vie, c'est ici que ye l'ai faite ! »... Oui... Moi aussi, ma vie est ici... Mais j'aurais quand même la légitime impression de récupérer un peu de ce qui nous a été volé. Un symbole. Mes fistons sont allés regarder si les canards pataugeaient toujours dans la rivière qui passe au fond du jardin, et puis ils ont joué à cours-après-moi-que-je-t'attrape, et j'ai regardé avec tendresse -et inquiétude- leurs genoux se verdir, j'aime ça, moi, entendre leurs éclats de rire...
J'aurais bien aimé avoir mon amoureuse à mes côtés. J'en ai tout le temps envie, tu me diras...
On est parti vers 11 heures, Kris nous attendait vers trois heures et demi... J'aurais largement le temps d'arriver en avance à Saint-Malo.
Lire la suite

Camarades

9 Mars 2009 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

Comme déclamait l'aède Gérard Darmont :
" - Camarades ! On vous exploite, on vous crève à la tâche! Et franchement... Franchement... Hum ! Voilà. "

Lire la suite

Sale coco

6 Mars 2009 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

Ce n'est pas le travail qui est humiliant ; c'est l'oppression qui est humiliante.
Pigé, Coco?

Lire la suite
1 2 3 > >>