Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

Le courage d'Angèle

29 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #COPAINS

Je ne sais pas si tu as du courage.
De toutes façons, tu n'as pas le choix.
Et puis, tu n'en n'as pas vraiment besoin : tu as ce panache, cette classe naturelle, cet enthousiasme que tellement t'envient
...
Les mains sur les hanches, de trois-quart face, mâchoires serrées, regard de glace, tu lèves le menton, et tu grondes : "- A nous deux..."
Allez ! Nous sommes là, nous autres, qui te soutenons, qui te supportons ! Tu veux du courage ?
En voilà !
Allez !
Lire la suite

Quart de semaine

28 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #JE veux RIMER (powems)

Ardeurs naissent

Au point du jour

Secrets paressent

Pétris d'amour

A la caresse

Des radieux jours

Puis disparaissent

Instants bien courts

Sans plus d'adresse

Un petit tour

Ceux-là se laissent

Au coin du jour

Lire la suite

Il est l'heure

27 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #PERSONNELLEMENT -MOI - JE

Hey... Je reviens d'un grand voyage... Au soleil, sur le quai de la gare, je susurrai des mots brûlants à son oreille, au rythme ardent de la musique jamaïquaine, et elle se cambrait sous ma main, et ses yeux m'écrivaient de rester encore, au moment où sa bouche déclarait : " - Il est l'heure..."

Lire la suite

Camarades patrons, avec nous !

21 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger

 

"- Allô patron ? C'est moi, Mr Liver Side, ton actionnaire.

- Glups...

- Ça va pas du tout. On a beau avoir eu fait monter l'action en licenciant la moitié de tes ouvriers, tu ne dégages que 19 % de bénéfices, chenapan !

- Heu...

- On avait dit 20% ! Fainéant non-profitable ! Racailles franco-socialisante ! Et qui est-ce qui va me payer mes robinets en or, mon papier de cul en soie ? Allez hop, on ferme ton usine.

- Mais, heu  !

 - Ta gueule : c'est décidé. On envoie tes machines en Tunisie, là, au moins, les syndicats sont interdits, fini de s'emmerder avec des contestataires. Toi, tu auras ton parachute doré, comme ça tu la boucleras. T'es pas content ?

- Non, j'aurais préféré garder mon usine avec ses ouvriers, parce que tout ça marche bien. 19%, ça m'allait. Mais bon. Je peux prendre ma retraite, alors ?"

Les chefs d'entreprises traditionnels, nos braves vieux patrons exploiteurs, pensent qu'il va vraiment falloir pendre les fonds de pension avec leurs intestins, et faire sortir aux financiers leurs tripes par le trou de cul, rendre leurs usines aux entrepreneurs, avec des bénéfices suffisants à continuer l'activité, à investir dans la recherche, à donner des primes aux travailleurs ! Si on en est rendu à considérer que le capitalisme industriel - le capitalisme à la papa - comme un modèle social, c'est vraiment que la situation est devenue désespérée...

" -Tous ensemble, tous ensemble, ouais ! Ouais ! Tous ensemble, tous ensemble, ouais ! Ouais ! Tous ensemble, tous ensemble, ouais ! Ouais ! Tous ensemble, tous ensemble, ouais ! Ouais ! Tous ensemble, tous ensemble, ouais ! Ouais !"

François Ruffin (encore lui)  a expliqué que, comme les nazis, les vrais commanditaires de la violence économiques font exécuter leurs basses oeuvres par d'autres, mais que ces autres se rebellent et sont en train de notre côté de la barrière, dos à la falaise... Et de citer l'ironique sentence de Warren Buffet, l’homme désormais le plus riche du monde, qui a déclaré : "La guerre des classes existe, c'est un fait, mais c'est la mienne, la classe des riches, qui mène cette guerre et nous sommes en train de la remporter" ; c'était une boutade.

Lire la suite

Défoncé, super-defoncé

19 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #COPAINS

Ça existe encore, les gens défoncés, super défoncés ? J'étais un peu abattu... Oui... Alors, le bon docteur Kosmos m'a mis sous psilocybine, houa ha ha ha, ça a été vachement mieux.
J'ai beau avoir de gros doigts, il n'y avait qu'à se pencher...  La Normandie, c'est pas la Colombie, pourtant !
Oa... Putain... Ça pousse ! Je suis en pleine montée, là... Gnnnn.... Pfou ! Oa... Opf !
Hi hi hi !
Mais oui mon cher peubeureu, on peut  ricaner sur un clavier ! Cali ne m'a pas aidé, il faut dire (je balance), je suis allé ici, sur Electric Oyster, qui porte bien son nom... La nature est bien faite, quand même ! Non ?
Oaaaaaaaaaaa, troooooooooooop cooooooooool je plaaaaaaaaaaaaaaaane !

C'est grave docteur ?
Lire la suite

Roulez Genèse aventure 6

18 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #Deep ecology

14 Et toc !

15 Le quatrième jour, L'Eternel convoqua les bactéries, et il leur dit : « Croissez et multipliez. De vos entrailles jailliront des Nations qui partiront à la conquête de l'univers sur leurs fiers destriers. Et puis, qu'est-ce qu'il fait sombre, là-dedans ! Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit :  c'est tout mélangé, on n'y voit goutte, et je n'arrête pas de me prendre les pieds dans la barbe ! Que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années ; et qu'ils servent de luminaire dans l'étendue du ciel, pour éclairer la Terre. Et cela fut ainsi. Dieu fit deux grands luminaires : le plus grand luminaire pour présider au jour, et le  plus petit luminaire pour présider à la nuit, - même s'il y avait parfois quelque chose qui clochait de pas logique, parce que le luminaire de la nuit restait parfois allumé pendant la journée, et que parfois, la nuit, il n'y avait pas moyen de le mettre en route ; Dieu fit aussi les étoiles, pour faire joli. Dieu les plaça dans l'étendue du ciel, en crachant dans un tuyau, selon la méthose employée plus tard par les hommes préhistoriques, pour éclairer la Terrre, pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d'avec les ténèbres, des fois qu'on aurait mal compris. Dieu vit que cela était bon, et il dit : "- Cela est bon. Je suis très content de Moi."

16 Ainsi éclairées, Les bactéries se concentrèrent très fort en pensant à des choses cochonnes.

17 Et elles commencèrent à devenir concaves en leur centre.

18 Et leurs mitochondries amorcèrent une division en deux parties égales et semblables en tous points.

19 Et leur membrane délicatement ourlée fut bientôt deux membranes délicatement ourlées

20 Et les Bactéries crièrent : « - Tu le sens, mon cytoplasme ? », et encore : « -Maman ! », et aussi : « - Mon Dieu ! »

21 Et cela était doux aux oreilles du Créateur.

22 Car, même si les bactéries ont la voix éthérée, l'ouïe de Dieu est très aiguisée, et il entend tout, et la vue de Dieu est très subtile, et il distingue tout

23 D'ailleurs, le grand moufti l'a dit : il ne sert à rien de mettre un casque de Walkman, il ne sert à rien de s'enfermer à clef dans les toilettes pour pratiquer la masturbation, il ne sert à rien de se cacher derrière son ordinateur pour spéculer sur les actifs pourris des banques américaines

25 Car aucun mur n'est assez épais, ni aucun trou de serrure assez fin, ni aucune connexion assez codée, ce n'est pas la peine de pécher, c'est peine perdue : rien ne peut être caché au Seigneur, retenez bien cette leçon. D'ailleurs, au soir du quatrième jour, Dieu se tourna vers le mur, et il mit son pouce dans sa bouche, et il commença de ronfler, bien tranquille avec ça.

26 En vérité, en vérité ce ronflement-là fut le plus formidable de tous les ronflements, et tout l'immeuble commença de vibrer, et les faux dieux, qui habitaient à l'étage en-dessous, cognèrent au plafond avec le manche à balai, mais rien n'y fit

27 Car L'Eternel est ton seul Dieu, et tu n'adoreras pas les idoles de pierre, et tu n'adoreras pas les fétiches de bois, tu ne croiras pas aux vertus du trèfle à quatre feuilles, mais tu ne passeras tout de même pas sous l'échelle, car un pot de peinture pourrait bien te tomber sur la tête.

26 En ce temps-là, les bactéries, qui ne connaissaient ni le bien ni le mal, continuèrent de proliférer comme des truies, et bientôt elles peuplèrent tout le volume de la mer, et elles produisirent l'atmosphère, et une gentille petite brise soufflait.

27 Il en fut ainsi, et Dieu, ouvrant un oeil, vit que tout cela était bon, et ce fut le quatrième jour.

Lire la suite

Un peu d'orthographe (pff)

17 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger

Adjectif au féminin + ment (quand l’adjectif se termine par une consonne)

Cruel > Cruelle >Cruellement
Franc
> Franche >Franchement
Sérieux
> Sérieuse > Sérieusement

Adjectif masculin + ment (quand il se termine par un " e ", ou par une voyelle autre que le " e ")

Sobre > Sobrement
Vrai
> Vraiment
Absolu
> Absolument

-emment (quand l’adjectif se termine par - ent, la terminaison se transforme en)

Récent > Récemment
Intelligent
> Intelligemment
Fréquent
> Fréquemment

- amment : quand l’adjectif se termine par - ant, la terminaison se transforme en .

Pesant > Pesamment
Suffisant
> Suffisamment
Elégant
> Elégamment

3- La formation des adverbes en "ment"(point 1, point 2, point
Lire la suite

Caressez un cercle et il deviendra vicieux

17 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger

Quand on voit que Bernard Maris, économiste marxisant (à tout le moins Keynésien) et éditorialiste à Charlie Hebdo, sur France Inter, aussi connu sous le nom de code d' "Onc' Bernard" se retrouve en tant qu'invité spécial au brainstorming organisé par l'UMP sur la refondation du capitalisme, il y a de quoi se marrer. Les donneurs de leçons de ces vingts dernières années, chantres du laisser-faire vont avoir les oreilles qui sifflent. Surtout que, connaissant le numéro, il ne va pas hésiter à leur mettre le nez dans le caca, eux, les moins-d'état qui appellent papa au secours, ils vont en manger leur chapeau. Au moins entendront-ils des paroles de simple bon-sens, plutôt que de "croire" au libéralisme économique comme les Taliban "croient" en Dieu, qu'il faut bien un flic pour surveiller tout ce petit monde qui n'est pas vertueux par essence... Il y a bien un bras et même tout un corps, au bout de la main invisible du marché ; Maris leur dira aussi que le plan Sarko ne fonctionnera sans doute pas, car si une banque s'avisait d'utiliser les liquidités mises à disposition, ce serait un aveu de faiblesse... En ces temps de panique boursière, ça serait suicidaire... C'est fragile ces petites bêtes-là.
Et puis j'espère bien qu'elles n'y toucheront pas, car cet argent, c'est dans nos poches qu'on viendrait le chercher... C'est nous, les travailleurs, qui produisons les richesses, je vous le rappelle, (lisez Das Kapital, bon dieu de merde !) pas ces parasites.
Cependant l'argent existe bel et bien toujours, il a été accaparé et caché dans les paradis fiscaux -voir le livre de Denis Robert, la boîte noire* édité aux Arènes ( ouvrage pour lequel il vient d'ailleurs d'être  tout juste condamné en diffamation par la cour d'Appel de Paris dans ses procès face à Clearstream), le mécanisme y est décrit par le menu. Quel président de l'union Européenne a dit vouloir supprimer les paradis fiscaux ? Et comment ? En envoyant les chars Leclerc ? Où ? Au Luxembourg ? A Monaco ? A  Jersey, aux  Îles Vierges Britanniques ? Qu'en pense M. Junker, premier ministre du Grand-Duché, président de l'Eurogroupe ?

*Finalement, si vous le trouvez, ça sera d'occasion dans un vide-grenier, car il n'est plus édité, tu m'étonnes, et moi je ferais mieux de fermer ma grande bouche prce que je vais avoir des problèmes avec mon banquier, enfin, avec ma banquière, elle est très mignonne, mais... Vous connaissez la chanson de Brassens Une jolie fleur ?
Lire la suite

Les voyages forment la Genèse Motion 5

15 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #Deep ecology

17 Quoique.

18 Seul dans cette immensité sans vie, Dieu se sentait terriblement seul, et disloqué. Son cerveau marchait à cent à l'heure et Il ne parvenait pas à se rassembler. Qui était-Il ? Pourquoi existait-Il ? Pour qui ? Existait-Il seulement ?

19 Alors Dieu, Eternel etTout-Puissant, consulta compulsivement le Catalogue de la Redoute, encore, et encore, jusqu'à le connaître par coeur. Mais rien ne Lui faisait oublier Son angoisse existentielle.

20 Alors, à la fin du matin du deuxième jour, Dieu, dans son infinie sagesse, regarda ce qui allait se passer.

21 Dans les eaux, c'était très appétissant, alors L'Eternel donna d'abord aux eaux :le nom de soupe organique originelle. Et il en fut ainsi.

22 Alors les flots furent ensemencés : la surface du monde fut bombardée de souffre et de feu, et L'Eternel vit jaillir les volcans, noirs fumeurs, du fond des abîmes aquatiques ; Et Le Tout-Puissant, infiniment bon, laissa passer des milliards d'années afin que se forment des chaînes de protéines complexes qui se répartirent ainsi en abondance sous toute la surface des ondes, et il en fut ainsi sur toute la surface de la terre. Le bouillon élémentaire se maintint à température constante dans les siècles des siècles, et il mijota ainsi pendant des millions d'années.

23 Dieu ajouta sucre, sel, poivre, et un bouquet garni, et Sa foudre hachait les ciels impétueux, car cela était beau, et les tonnerres grondaient à la face des abysses, car cela était bon.

23 Alléluia.

24 Or soudain voici que le Créateur essaya de n'avoir pas l'air surpris, mais on voyait bien Ses yeux ronds et Sa bouche en cul de poule.

25 Car voilà ce qu'il était advenu pendant qu'il s'amusait de toute éternité à se faire frotter entre eux les nuages pour en faillir de l'électricité luminescente,

26 Ou alors à courir de côté tel un jeune crabe bouillonnant, à se rouler dans les vagues qui mourraient sur la grève comme méduses au bout de leur voyage, à se gratter derrière les oreilles avec la patte arrière comme un petit chien fou, à se mirer longuement dans les lagons , chimpanzé étonné, et il changeait de tenue tous les jours, et il changeait de coiffure tous les jours, et il en était ainsi.

28 Car les siècles des siècles, c'est très long, et Dieu est créateur

27 Il est l'inventeur de sa propre vie :

IV

1 Or donc, en ce temps là du deuxième jour, dans les ondes sans fond, pendant que l'Eternel vaquait à ces saines occupations, certaines de ces chaînes protéiques s'étaient combinées entre elles et s'étaient entourées d'une membrane protectrice.

2 Et voilà t'il pas qu'elles s'étaient mises à faire des échanges chimiques avec le milieu ambiant, dis-donc, dans le dos de l'Eternel !

3 Et le Seigneur dit : « - Tu es la vie, et Je te donne le nom de bactérie, car tu ressembles à un bâton, et j'aime donner des noms Grecs aux choses, car cela est bon

4 et Me donne l'air perspicace.

5 Et la bactérie ne dit rien, car la Nature l'avait dépourvue d'appareil phonatoire, ni bouche ni dents ni luette ni langue ni pharynx, à peine une ébauche d'oesophage, et encore, il fallait vraiment y regarder de très très près. La bactérie se contentait de péter de l'oxygène et de créer une atmosphère autour de la Terre.

6 Dieu regarda la Nature d'un air méfiant, car il n'avait pas du tout prévu ça comme ça, et bon,

7 Qu'est-ce que c'était que cette salope qui venait lui piquer de la force créatrice dans le dos sans qu'Il n'en sache rien ? Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : de fut le second jour, selon la formule consacrée.

7 Le troisième jour, Dieu créa la mauvaise foi. Et Il dit : « - Hosanna ! » ce qui signifie « Il était une fois une marchande de foie qui vendait du foie dans la ville de Foix elle se dit ma foi c'est la dernière fois que je vends du foie dans la ville de Foix »

8 Repétez quinze fois, un coup à l'endroit, un coup à l'envers, normalement le hoquet aura passé

9 C'est magique !

10 Et il dit encore : « - Que les eaux qui sont au dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu et que les continents apparaissent, parce que toutes ces petites îles, on ne s'y retrouve pas. Et il en fut ainsi. Dieu nomma les continents terre, mais avec une minuscule pour ne pas confondre avec la Terre, et il nomma les eaux mers, parce que c'est facile à prononcer.

11 Il en fut ainsi et Dieu vit que tout cela était bon, ce fut le troisième jour. Et il dit encore : « - C'est moi qui l'ai fait ! Et si quelqu'un n'est pas d'accord avec ça, il peut prendre la porte !

12 Et personne ne prit la porte, ce qui prouve bien que.

13 Na.

Lire la suite

Triste

14 Octobre 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #LES JUSTES

Guillaume Depardieu est mort.
J'aimais cet acteur, j'aimais ce bonhomme, fragile, entier, sensible, unique...

Merde à la mort ! Salope ! Salope !
Voilà.
Lire la suite
1 2 > >>