Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

COMME DES BETES

1 Mars 2006 , Rédigé par Seb Publié dans #BIOSPHERIQUE

Moineau friquet. Regardez le bien, c'est peut-être la dernière fois que vous le voyez.


En un siècle, 103 espèces animales ont déjà définitivement disparu de la planète. C'est peu, mais c'est déjà cinquante fois plus rapide que le rythme naturel.
Un animal qui disparaît, c'est par ricochet tout son environnement qui en pâtit. Exemple : prenons un bousier ordinaire, australien, et faisons-le disparaître à grands coups de vermifuge (administré aux animaux domestiques) qui reste présent dans les déjections. Que croyez-vous qu'il se passe ? Sans le travail de mastication et d'enfouissement des excréments, les bouses sèchent et empêchent les végétaux de repousser. C'est l'éleveur qui est bien embêté ! Obligé de ramasser les bouses à la main !
En France aussi nous avons notre lot de disparition. Le bouquetin des pyrennées s'est éteint en 2000 dans l'indifférence générale ; plus de phoques moines ; on compte aussi la baleine des basques, un canard à tête blanche, l'aigle pygargue, la tortue caouane et deux poissons d'eau douce... D'autres sont sur la mauvaise pente. Ceux qui n'existeront bientôt plus : la grande outarde, le busard gris, la huppe (de toute ma vie de birdwatcher, j'en n'ai jamais vu qu'une seule, dans l'Aveyron), le courlis et l'oedicnème. Le moineau friquet, la perdrix grise, l'alouette, le bruant jaune ont perdu en 10 ans les deux tiers de leurs effectifs. Même le moineau commun est en perdition, victime des chats, de la pollution des villes, et de la concurence de l'étourneau sansonnet, une espèce invasive - tout ne va pas mal pour tout le monde, cet oiseau qui recouvre de fiente nos voitures en ville.
A qui imputer toutes ces disparitions ?
La faute aux pesticides, aux labours, aux chasseurs, aux automobiles, aux lignes à haute-tension, à la destruction des haies, à l'assèchement des zones humides, et bientôt à H5N1 (on suppose d'ailleurs que la contamination de la faune sauvage s'est faite depuis les élevages).

La loutre est quasiment éteinte, ainsi que le vison européen (nuisible ! ), le phoque veau marin, la marsouin, le lynx, la salamandre, le triton à crète, deux chauves-souris, l'esturgeon de la Gironde et la raie blanche, l'oursin diadème, et la grande cigale de mer. Je n'ai que 34 ans, mais je connaissais quelques-uns de ces animaux en liberté, quand j'avais 20 ans. Je ne compte pas les insectes, papillons citrons, lucioles et autres hannetons qui n'existent plus que dans la littérature...
Je dois vous dire que je suis malheureux de voir tellement moins d'oiseaux. Qu'est-ce qu'on peut faire pour changer ça ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cocole 05/03/2006 16:37

!! je vois qu'il n'y a pas que moi qui donne dans les piaf!!!!bises à ton cousin!!!

Totoseb 03/03/2006 16:07

On expliquera à nos enfants comment c'était, comme dans la chanson de Mickey 3 D

Corne en Muse 03/03/2006 10:48

Des espèces en voie de disparition, l'homme bien souvent responsable. Entendre le cuicui d'un oiseau au petit matin, c'est devenu une possibilté réduite dans la zone urbaine. Que c'est dommage.

Syven 03/03/2006 10:42

Moi aussi j'en suis malheureuse. Hier, on a coupé les arbres sur le parking en face de ma boite. Parce que les étourneaux s'y installaient pour passer la nuit et chiaient sur les bagnoles. A la nuit tombée, les nuées poussaient des cris, perdues, incapables de faire autre chose que tourner au-dessus des cadavres des arbres.Cette nuit il y a eu une tempête. Je ne sais pas s'ils ont trouvé réfuge. :(

seb 01/03/2006 18:28

Un gros rhume alors, pas trop de rhum.