Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

Nacht und Nebel après l'averse

19 Décembre 2013 , Rédigé par Hagaär Dünor-Toxic Avenger Publié dans #FILE - Ô - SOPHIE !

 

Nos rêves semblent révéler nos peurs enfouies. La France a subi le joug d'un régime fasciste, d'extrême droite, raciste et xénophobe, dans les années quarante, traumatisme  pas si ancien qui hante encore l'inconscient de son peuple. Le Psikopat est allé à la rencontre de Sigmund Voltaire, explorateur intrépide de retour de voyage dans notre inconscient collectif.

 

Totoseb : "Sigmund Voltaire, vous revenez des territoires de la peur du fascisme. Comment s'est passée votre préparation ? Vous avez assisté à un match dans la tribune Boulogne ?

Sigmund Voltaire : - Absolument pas. Nous sommes allés nous imprégner des idées du Front National dans leur milieu habituel. Vers 11h, nous nous sommes installés au comptoir du Balto, sous des déguisements de Français ordinaires, que nous appelons "moyens" dans notre jargon scientifique. Il pouvait s'agir de n'importe qui : environ 25% de la population a l'intention de voter pour le parti lepéniste, d'après nos études. Nous aurions pu aussi bien arpenter le Marché aux Fleurs, la Ballade des Anglais, ou nous incruster à la pause café à l'usine : "ils" sont partout. Mais nous avons choisi un lieu propice à la diffusion des idées d'extrême droite. Nous avons participé à la conversation en alternant vins blancs sec, bières pression et petits jaunes. Après un couscous arrosé de Boulaouane, le plat préféré des Français d'après nos recherches, nous sommes allés à la sieste. Je précise que notre équipe est constituée de démocrates aguerris, pour limiter les risques de contagion. Les tests ont montré que nous faisions partie des 75% de Français qui craignent le fascisme. Le but était de nous mettre en condition pour rêver d'une France sous l'emprise de l'extrême droite. Le but n'était pas démontrer que les "solutions" du FN ne sont pas les bonnes, malgré l'impuissance apparente de la classe politique ordinaire, car tout le monde sait dans quelles catastrophes plongerait le pays si on le confiait à ces Diafoirus : ça serait achever le malade.

T. : Vous êtes donc allés à la sieste. De quelle nature fut votre cauchemar ?

S. V. : - D'abord, nous flottâmes dans une atmosphère de nuit et brouillard. Puis nous aperçûmes une femme blonde, menton en avant, qui gravissait fièrotement un escalier monumental entre deux rangs de supporters de foot, avec étendards et brassards tricolores frappé d'une flamme. Une foule en délire tendait le bras. Une écœurante odeur de cochons grillés flottait au-dessus des clameurs de la foule. Des monceaux de livres étaient la proie des flammes. Les indésirables décharnés agonisaient derrière des barbelés ; en haut des marches un gouvernement attendait la chef : Roucas à l'Education Nazionale, M'Bala M'Bala aux Affaires Juives et Etrangères, Delon à la Kulture, Bardot à l'Environnement et Bacs à Fleurs… Quand des sbires nous ont poursuivis avec des tenailles, nous nous sommes enfuis en courant, mais nos Mouvements étaient lents, et dérisoires. C'est à ce moment que nous nous sommes réveillés en sursaut, et en sueur.

T. : Heureusement, ceci n'était qu'un cauchemar. Que pensez-vous qu'il faille faire contre la montée du Front National d'extrême droite ?

S. V. : - Je vous remercie de rappeler que le premier mouvement a avoir porté ce nom, désormais usurpé, était une organisation de résistants communistes antinazis, justement. Quoi faire ? Brailler "F comme fascistes, N comme Nazis" ne semble pas efficace. L'enseignement depuis la maternelle, de la Shoa, mais aussi des aventures de Mussolini, Franco… pourrait porter ses fruits. Et puis interdire la propagande du "Tous pourris" à la télé. Mais ce qui semblait inconcevable il y a quinze ans paraît se rapprocher inexorablement. Je ne veux pas vous faire peur, mais il va falloir relire Madeleine Chapsal pour savoir comment s'organiser. Il va y avoir du chômage dans une certaine presse ; vous feriez bien de vous recycler dans les mots fléchés, dans les horoscopes ou les recettes de cuisines.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article