Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

ET TA SOEUR ?

15 Mars 2007 , Rédigé par Seb Publié dans #NOUVELLES

" - Seb.
- Hm ?
- C'est François. François G. . Ça va ?
- Tiens, salut patron, ça va ? Tu tombes bien, je voulais te voir au sujet de ma petite augmentation...
- Oui oui, mais moi je suis venu te voir pour que tu écrives quelque chose pour ma petite sœur.
- Hm. Mouais... De quoi est-ce qu'elle a besoin ? D'un faire-part ? D'une lettre de protestation pour le SAV ?
- Non non, rien de tout ça : c'est personnel. Il faudrait que tu lui fasses une texte, une poésie par exemple, rien que pour elle, ça lui ferait plaisir ; elle kiffe bien ce que tu fais.
- Le gendarme à la télé a dit qu'il ne fallait dire "kiffer", parce que ça veut dire "cannabisser".
- Heu... Es-tu d'accord pour écrire ce que je te demande ?
- Bien sûr, bien sûr. Mais ta sœur, je la connais à peine, moi, ta sœur ! Si on a échangé vingt mots dans toute notre existence, c'est le bout du monde ! Tu me diras, ce sont des mots qui ont beaucoup compté, c'est vrai... J'en avais besoin, de ces mots, au moments où un fou m'attaquait à grands coups de syllogismes hasardeux.
- De ?
- Syllogismes. Exemple : Hitler aimait les chats. Vous aimez les chats. ALORS vous êtes hitlérien. Note bien la majuscule.
- Mais c'est complètement débile, comme raisonnement.
- Débile, non. C'est de la rhétorique, couvrir d'ordures un adversaire pour le réduire au silence grâce à des raisonnements logiques mais non-valides...
- Arrête ! Arrête, ta philo me donne mal à la tête ! Et puis c'est de l'histoire ancienne, non ? Tu l'as enfermé dans sa cloche, ton timbré, on ne l'entend plus, si ?
- Si, mais c'est un brouhaha très lointain. Bon. Ta sœur, c'est Karine ?
- C'est elle.
- Karine G.
- Oui.
- Karine G. ... Karine G. ... K. G. ... K. G. ... Ça m'inspire bien quelque chose, comme ça, à brûle-pourpoint, mais... Je ne sais pas si ça va lui faire plaisir.
- Dis toujours.
- Voilà : on peignait ces deux lettres au dos de la capote des prisonniers de guerre dans les Stalags, en ALlemagne, pendant la guerre. KG : Krieg Ge... AH, je sais plus : j'ai perdu tout mon allemand.
- Non. Tu as raison : ça n'ira pas.
- Sinon, je pourrais tout simplement lui dire que je suis content et honoré de pouvoir la compter parmi mes lecteurs habituels ? Et si je lui décernais le prix Barbotine 2006/2007 ? Vous êtes une sacré famille, vous, les G., des gens précieux pour l'humanité !
- Ça va, ça va, la flagornerie... Si tu crois que c'est comme ça que tu auras une augmentation...
- Ah ? Non, t'as raison, patron, t'as raison, "tout flatteur vit aux dépends de celui qui l'écoute"... Seulement, je vous aime bien quand même. Tiens, cet été, si je passe dans ta région, est-ce qu'on pourra se voir ? Et ta sœur ? »


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

seb 16/03/2007 15:40

Repose toi bien, l'été arrivera vite !

karine 16/03/2007 14:31

Merci ! kriegsgefangener = prisonnier de guerre ! Pas encore pourtant je lutte ....merci pour ces lignes Seb,je dirai même échange de bon procédé ma forme étant petite actuellement ... et biensur que toi et ta famille serait les bienvenue à notre table cet été sans retenue !!!

seb 16/03/2007 09:03

C'est la vie qui m'a débarqué là. Avant, j'atais parisein et en bonne situation ; j'ai démissionné pour venir vivre à la campagne ; démission = plus de revenus = accepter tous les boulots. Mais je suis assez fier de ce que je fais, tout le monde n'est pas capable d'abnégation. J'aimerai bien finir la maîtrise et passer le capes dephilo, mais quand mes moutards iront tous les deux à l'école.

Febronio 16/03/2007 00:21

Yo Seb,
Le bassin et le pistolet, j'ai toujours pensé que le maniement de ces deux contenants imposait une gymnastique cérébrale de haut niveau. T'en es la preuve, mais que fait un type qui sait ce que voulait dire K.G. à cet endroit là ? Tu t'es perdu ?

Nevrosia 15/03/2007 22:02

"je calme les angoisses" beau métier.
J'occulte le reste, pour moi tu seras le calmeur d'angoisses.
Ce ne doit pas être facile de vivre en décalé, pour cette nuit de boulot : bon courage !