Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

Le harcèlement démocratique

13 Mars 2007 , Rédigé par Seb Publié dans #BIOSPHERIQUE

Un petit message de Greenpeace à tous les sympatisants et les copains. Tous à vos plumes. En avant, pour la cause et pour la biosphère !
Seb

Greenpeace a lancé un important programme de harcèlement des candidats à l'élection présidentielle, programme qui se poursuivra par la suite autour des candidats aux législatives.

Le but de ce « harcèlement démocratique » ? Obtenir un positionnement clair et précis des candidats sur des objectifs concrets de protection de l'environnement.

Ce programme comporte deux volets essentiels :

 
Un volet Energie avec notre campagne « révolution Energétique »
- Demande d'engagement sur l'abandon du projet de construction du réacteur de 3ème génération EPR à Flamanville.
- Demande d'engagement sur des mesures d'efficacité énergétiques et notamment sur la rénovation thermique des bâtiments anciens.
Un volet OGM
Demande d'un moratoire sur la culture en plein champ des OGM (Pour rappel : 86% des français sont contre les OGM - sondage CSA / Greenpeace, septembre 2006 - et 62 % des agriculteurs - sondage Ifop/Fiducial/JDD, février 2007).

Voici donc tout l'enjeu de cette campagne qui vise à maintenir la pression sur les principaux candidats tout au long des semaines à venir.

Vous aussi, vous pouvez apporter votre contribution à ce programme majeur !

Des actions concrètes et simples vous sont proposées :

  • En vous inscrivant à la newsletter " Révolution Energétique " : www.its-not-too-late.com, (rubrique " Rejoignez-nous "), vous recevrez une fois par semaine un e-mail vous proposant de renforcer notre campagne par des actions à réaliser : interventions sur des blogs des candidats, d'émissions de TV et de radio...
  • En consultant le nouveau site OGM (en ligne à partir du 13 mars) pour relayer l'information pour défendre le moratoire sur les OGM.
  • En rejoignant temporairement le groupe local le plus proche pour préparer et participer aux journées nationales d'information du grand public :
    La prochaine est le 24 mars pour le moratoire sur les OGM.

Dans l'immédiat : ne ratez surtout pas le grand rassemblement anti-EPR du 17 mars prochain à Lille, Strasbourg, Rennes, Lyon et Toulouse. Plus d'information sur le site : www.stop-epr.org

Plus nous serons nombreux et présents sur le terrain, plus nos messages seront entendus, repris et rapportés aux oreilles de nos candidats.


 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

seb 17/03/2007 19:47

Ouaip, vive la recherche fondamentale ! Vive la plage !

Febronio 17/03/2007 12:04

Yep, une étude de recherche fondamentale sur le virus provenant de la civette (petit rongeur)... Comme quoi, des fois on devrait se méfier des politiques mettant en avant la recherche appliquée ayant des débouchés assurés dans l'industrie.
Ouais, la bronzette 365 jours par an et moi en plus si je suis assez patient je devrais bientôt voir la plage arriver aux portes de Metz. La Moselle pourra enfin développer son potentiel touristique.

seb 17/03/2007 00:09

Sais que c'est un chercheur indépendant d'une université qui a trouvé un remède contre le SRAS. Il avait étudié ce type de virus pour sa thèse.
En tout cas, le réchauffment climatique a du bon, pour moi qui aime me dorer la pilule quand je me réveille, le soleil, hm, ça fait du bien, à la mi-mars !

Febronio 16/03/2007 22:07

Ouais Seb, c'est ça... exactement.
Bon, je vais être un peu salaud après avoir précisé que j'ai bien compris que ce tu veux dire avec ta métaphore virale.
Entre le SRAS et le H5N1, je choisirais celui qu'on a plus de chance de soigner dans l'état actuel de nos connaissances. Le SRAS a fait un peu plus de 800 victimes en 2003, depuis 2003 (en 4 ans donc) le H5N1 n'en a fait que 170. S'il fallait choisir une pandémie, je voterais quand même pour le SRAS car on le connait mieux alors que le H5N1 on ne connaît même encore pas sa forme humaine (accessoirement, le H5N1 actuel a un taux de mortalité de près de 60%, contre moins de 10 % pour le SRAS, mais c'est pas le débat).
Partant du principe que le démantèlement immédiat des centrales nucléaires aboutirait immanquablement à l'ouverture de plus de centrales thermiques, on doit choisir entre une pollution radiologique et l'accélération du réchauffement climatique. Comme le H5N1 on a pas encore cerné toutes les conséquences que peut avoir ce réchauffement, on en est encore aux conjectures et à pointer quelques effets (cyclones, ouragans, sécheresses, inondations, migrations d'espèces...) mais on a pas encore pu vérifier toutes les hypothèses dont certaines sont vraiment flippantes. Sans compter qu'on est pas à l'abri de surprises.
Mettons en place des solutions alternatives, avant de se couper le courant... Par contre, là où je te rejoins, ce serait quand même mieux de consacrer moins de fric à la recherche sur le nucléaire et beaucoup plus au renouvelable.

Fébronio

ecnerolf 16/03/2007 21:07

http://www.sortirdunucleaire.org/