Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

EGOÏSTES

28 Octobre 2006 , Rédigé par Totoseb



Six heures et demi du matin, je quitte le boulot ( je travaille de nuit chez les handicapés mentaux, non, pas chez les fous. Je précise parce qu’il y en a qui confondent. Quoique : j’ai aussi en réserve quelques authentique malades mentaux). Dans la voiture, je rigole aux grossièretés de Difool et sa bande sur Skyrock, ça m’empêche de m'assoupir, je ne suis plus très frais, à ces heures, et puis ça m’aide à mieux comprendre la jeunesse d’aujourd’hui, enfin, une certaine jeunesse – celle qui n’aime ni le rock ni Lara Fabian. Difool m’est utile, et puis surtout il me fait rire, je trouve ça drôle et j’emproute les Pères Lamorale et les Saintes-nitouche, en plus.

Bref, au deuxième rond-point, je suis déjà plié en deux ; de l’autre côté de la chaussée, une voiture mal garée, portière conducteur grande ouverte sur la route. Là, pend une grande chevelure auburn, un pied dehors, un corps penché en avant, une fille ? Je ne suis pas certain de ce que je vois, cette gonzesse – ha, les gonzesse - est-elle à la recherche de la cheville d’ouverture du capot, fait-elle une malaise vagal, une chute de tension, un arrêt cardiaque, a-t-elle perdu sa clope ?

Je passe prudemment : les véhicules d’en face font un grand écart, surpris par cette portière dangereusement ouverte sur la route ; dans mon rétro, la personne reste dans la même position périlleuse : il y a bien un problème. Je fais le tour du rond-point, je me range derrière le véhicule en difficulté, comme m’a appris le pompier du stage. Toujours littéraire, j’éteins ma clope, la radio et mon moteur, j’empoigne le portable, je vais voir, prêt à prévenir les secours. Les usagers de la route continuent à soigneusement éviter l’incident. Il y a un passager, dans les vapes, la tête rejetée en arrière, la bouche ouverte. Je mets la main sur l’épaule du conducteur, hum, c’est bien musclé, tout ça, c’est un garçon ! « Ça va ? » « Oui oui » Il s’est relevé brusquement « T’as bu ou quoi ? » « Oui », sur un air coupable, « Rentre ton pied et ta portière, tu vas avoir un accident », il obtempère, en me remerciant à plusieurs reprises. Il est tout à fait réveillé, maintenant. Deux pochetrons qui se sont endormis à la sortie de l’usine Renault. C’est dimanche matin.

Quand je m’éloigne, il me salue en encore et encore.

Je me demande pourquoi, une fois encore, c’est bibi qui s’arrête quand un quidam a un problème ? Trop altruiste. On est a une époque où il y a des gens trop altruistes. Vous rendez-vous compte ? Quelle belle humanité !

Et si je m’étais fait agresser ? Si je m’étais fait agresser, je lui aurais foutu mon pied au cul.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Maried 14/12/2006 16:08

C'est beau et c'est con d'être altruiste, ce qui fait que c'est devenu rare de nos jours où on fait tout pour être beau pour oublier que l'on est con.

Maried

totoseb 28/10/2006 17:14

Oui, oblativité, enfin, bon, au pire j'aurais été en retard, si j'avais eu rendez-vous.
Sinon, oui, je suis danS J. Littell, qui s'écrit comme ça se pronoNce. He bien on arrive à rire telement il sait bien écrire ironiquement ; pourtant, j'ai ri au fusillage (?) des juifs de Kiev. Enfin, quand les SS se font livrer du boudin pour le repas, ils pètent un plomb, on les comprend.
De comprendre que n'importe quel quidam peut devenir bourreau, si on lui en donne l'occasion.
Et s'il m'avait vomi sur les pompes je me serais essuyé aux sièges de sa belle golf blanche.

gzavié 28/10/2006 10:06

quelle belle perspective oblative... et puis quel beau logo... t'as du mettre longtemps pour le dégoter ! sinon, le bilan de toutes tes dernières lectures ??

marie 28/10/2006 09:50

agressé, tu lui eusses foutu ton pied OQ, mais s'il t'avait dégueulé sur les pompes hein ?