Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

L'homme africain, là, dis-donc ?

15 Juillet 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger

Salut à tous ! J'espère que vous jouissez bien de la belle saison... En ce qui me concerne, j'en profite à fond les ballons.
Voici un extrait du discours du Président de la République, puisque c'est son titre, à DaKar, le 27 juiilet 2007. Epoustouflant ! L'auteur en est Henri Gaino, conseiller à l'Elysée, élu par qui ? Racisme, paternalisme...
Vive la France !

" Je suis venu vous dire que l’homme moderne qui éprouve le besoin de se réconcilier avec la nature a beaucoup à apprendre de l’homme africain qui vit en symbiose avec la nature depuis des millénaires.

Je suis venu vous dire que cette déchirure entre ces deux parts de vous-mêmes est votre plus grande force, et votre plus grande faiblesse selon que vous vous efforcerez ou non d’en faire la synthèse.

Mais je suis aussi venu vous dire qu’il y a en vous, jeunes d’Afrique, deux héritages, deux sagesses, deux traditions qui se sont longtemps combattues : celle de l’Afrique et celle de l’Europe.

Je suis venu vous dire que cette part africaine et cette part européenne de vous-mêmes forment votre identité déchirée.

Je ne suis pas venu, jeunes d’Afrique, vous donner des leçons.

Je ne suis pas venu vous faire la morale.

Mais je suis venu vous dire que la part d’Europe qui est en vous est le fruit d’un grand péché d’orgueil de l’Occident mais que cette part d’Europe en vous n’est pas indigne.

Car elle est l’appel de la liberté, de l’émancipation et de la justice et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Car elle est l’appel à la raison et à la conscience universelles.

Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.

Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès.

Dans cet univers où la nature commande tout, l’homme échappe à l’angoisse de l’histoire qui tenaille l’homme moderne mais l’homme reste immobile au milieu d’un ordre immuable ou tout semble être écrit d’avance.

Jamais l’homme ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin.

Le problème de l’Afrique et permettez à un ami de l’Afrique de le dire, il est là. Le défi de l’Afrique, c’est d’entrer davantage dans l’histoire. C’est de puiser en elle l’énergie, la force, l’envie, la volonté d’écouter et d’épouser sa propre histoire.

Le problème de l’Afrique, c’est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l’éternel retour, c’est de prendre conscience que l’âge d’or qu’elle ne cesse de regretter, ne reviendra pas pour la raison qu’il n’a jamais existé.

Le problème de l’Afrique, c’est qu’elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l’enfance.

Le problème de l’Afrique, c’est que trop souvent elle juge le présent par rapport à une pureté des origines totalement imaginaire et que personne ne peut espérer ressusciter.

Le problème de l’Afrique, ce n’est pas de s’inventer un passé plus ou moins mythique pour s’aider à supporter le présent mais de s’inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres.

Le problème de l’Afrique, ce n’est pas de se préparer au retour du malheur, comme si celui-ci devait indéfiniment se répéter, mais de vouloir se donner les moyens de conjurer le malheur, car l’Afrique a le droit au bonheur comme tous les autres continents du monde.

Le problème de l’Afrique, c’est de rester fidèle à elle-même sans rester immobile.

Le défi de l’Afrique, c’est d’apprendre à regarder son accession à l’universel non comme un reniement de ce qu’elle est mais comme un accomplissement.

Le défi de l’Afrique, c’est d’apprendre à se sentir l’héritière de tout ce qu’il y a d’universel dans toutes les civilisations humaines.

C’est de s’approprier les droits de l’homme, la démocratie, la liberté, l’égalité, la justice comme l’héritage commun de toutes les civilisations et de tous les hommes.

C’est de s’approprier la science et la technique modernes comme le produit de toute l’intelligence humaine."

L'intégrale de ce discours est ici

Je ne ferai pas plus de commentaires, parce que ça, c'est votre boulot.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ΣpΑmΥ 18/07/2008 21:42

S'il est bien un homme qui parle pour ne rien Lire, c'est bien lui.Comment as-tu fait pour lapper l'intégralité d'un tel texte. Ciel ! mon héros !Oui !   the toXic avenger

Ptitbouchon0 18/07/2008 13:12

Pitainggg ça cause quand même dans le poste des discours pareils... faut oser !! déja à l'époque je pestais, vla que je recommence arghhh

sopréca 17/07/2008 23:06

Quel plaisir de savoir que toi aussi tu connais "Tiken Jah Fakoly". Leur dernier album est poufff, pas de mots pour le définir, c'est de la bombe. Super cette chanson sur ton texte avec sarko. Que de vérité ! sans déconner, on nous prend vraiment pour des cons............................. et la france signe !!!!

Croco 17/07/2008 20:16

Il faut lui envoyer "Je suis noir et je n'aime pas le manioc" de Gaston Kelman, s'il est encore possible de l'éclairer.

nymphea:0029: 17/07/2008 17:05

ébé je l'ai mis ce même article pour ..? ....justement quand il a eu cette idée géniale ! ...ILS NE LISENT PAS NOS BLOGS ...LES GRANDS cons  DE CE  MONDE ..!a+..d'abord les africains , les vrais nègs( humour ) y sont pas au bord de la méditerranée et toc !