Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

Nicolas Lebourg, Histoire générale du camp de Rivesaltes - conclusion

19 Mai 2008 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger

Si « le camp de Rivesaltes » est devenu un symbole et un enjeu de mémoires, c’est sans doute car il interroge l’apparence d’une continuité en trois républiques et Vichy. La phase de l’Epuration est particulièrement riche de questionnement. Emprisonnement en France lors de l’épuration : 0.12% de la population, en Roussillon on doit être vers 0.7% alors que le collaborationnisme y fut très faible. Deux explications :
a)le désordre ambiant ; mais pourquoi cela jouerait-il ici plus qu’ailleurs ? et cela signifierait-il que l’internement n’est pas le fait de la puissance étatique mais au contraire de sa faiblesse ? C’est ce que laisse à penser la confusion des genres, le regroupement de suspects, de coupables, d’immigrés clandestins, ainsi que l’anarchie présidant au gardiennage
b)l’existence de structures d’internement préexistantes n’a-t-elle pas facilité le phénomène ? étonnant que l’on ait prévu centre de regroupement des épurés du Sud ici, que l’on ait mixé avec les étrangers et nomades. On observe qu’en septembre 1944 l’un des principaux camps, comptant 4 200 internés, est celui de Drancy. Le camp de Noé aussi a été réutilisé : en octobre 1944 seuls 7 de ces 229 gardiens avaient été embauchés après la Libération. En somme on est plus, ou au moins autant, dans une problématique d’histoire culturelle et politique que juridique et administrative. Cela vaut pour toutes les périodes du camp de Rivesaltes qui est ainsi un prisme permettant d’interroger le long cours de notre société et de son rapport à l’Etat. Ce site est en fait un carrefour, européen de 1939 à 1948, méditerranéen de 1952 à nos jours. Dans ces deux phases, compte tenu de l’extrême pluralité des groupes, des personnes et populations sont ici placées pour cause de rencontre entre
a)une demande sociale soucieuse de la canalisation économique, politique et biologique du groupe visé, et
b)une offre étatique de gestion technocratique des flux humains au sein du territoire national. En définitive, ce camp est le signe de la volonté de l’Etat de parvenir à contrôler les corps migrants sur son territoire pour normaliser et nationaliser la société à l’intérieur de ses frontières. Dans l’entre-deux-guerres, le développement antilibéral de la foi en l’Etat, d’une part, le rejet provoqué par les vagues de réfugiés, d’autre part, a permis la mise en place de tels dispositifs. Les Compagnies de Travailleurs Etrangers, où les réfugiés sont regroupés et placés sous l’autorité militaire, témoignent sans ambiguïté du choix de l’étatisation des réfugiés au détriment de leur nationalisation. Sans que les situations ne soient en rien assimilables, il existe toutefois une permanence entre la phase 1938-1948 et celle allant de 1952 à nos jours : la gestion coercitive des flux migratoires1 par un Etat bureaucratique dans une société désintéressée des populations internées. La dynamique de l’Etat c’est le plein usage de sa force, son mode d’expression c’est le contrôle des corps. Ce qui structure les sociétés c’est l’accord tacite pour que les indésirables soient mis à l’écart en connaissant des conditions de vie inférieures aux couches les plus paupérisées mais libres. Le camp de Rivesaltes est donc notre production commune et pour cela même ne concerne pas telle ou telle communauté seulement : il est notre histoire commune.

Information supplémentaire
Depuis que cette conférence a été donnée, le CRA a déménagé afin de ne pas entrer en une sinistre résonance avec le Musée-Mémorial en préparation sur ce site. Ce déménagement a permis son agrandissement.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pb-r 20/05/2008 18:30

Je crois bien que je t'avais déjà répondu à propos de ce site... J'avais un pote qui y habitait au début des années 60 quand ils y avaient collé les Harkis !Au fait, bien le wik ' ?

Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger 22/05/2008 15:38


Trop court ! Tu avais raison !


serge 20/05/2008 07:13

je ne  connassais pas ce site de Rivesaltes.. bonne continuation.

Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger 22/05/2008 15:32


Ha je suis content de t'avoir appris ça !


marlou 19/05/2008 20:53

Merci pour ces détails qui aident à comprendre

Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger 22/05/2008 15:31


Moi aussi j'ai appris beaucoup de choses qui m'ont sciées