Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HUGGYHOME

Liberté, Réalité, Fraternité

23 Novembre 2007 , Rédigé par Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger Publié dans #FILE - Ô - SOPHIE !

On ne peut pas vraiment dire que je sois jamais sorti de la réalité. Je vois très bien que ceci est en bois, par exemple. Et que cela ne l’est pas. 
Un beau jour (ou était-ce une nuit ?), nous revenions d’Elbeuf, Jean-Marie et moi. Nous entrions sur le boulevard des Belges, quand une 4L bleue serra ma 4L blanche contre le trottoir… Les cow-boys avaient jailli, nous avaient un peu menacés, fouillés au corps, et ils nous avaient posé des tas de questions indiscrètes, par exemple sur le but de notre voyage, sur ce que nous faisions dans la vie, tout ça... Nous étions étudiants en philosophie et nous rentrions chez nous.
Le douanier, dépité, finissait par se convaincre de l’absence de toutes substances illégales et le défaut d’armes de catégorie supérieure à la moyenne dans les chaussettes de ce grand Africain aux yeux en bille de loto, quand Jean-Marie, gris comme un linge, lui demanda soudain :

"- Mais c’est quoi, la réalité, Douanier ?
- Bin... La réalité, c'est ça ?" demanda aussi le gabelou en désignant l'environnement immédiat, parce c'est commode de répondre à une question par une autre question quand on se sent piégé. Les gens ont du mal à dire "je ne sais pas", surtout s'ils portent un uniforme !

"- Ce que je vois ? ajouta-t-il encore.
- Maiiiiiis noooooooooon ! Douanier ! Ça, c'est ce que tu crois, c'est l'illusion ! Ta réalité, elle est là, affirma mon ami en lui tapotant le képi de son doigt immense. Chez Freud, le principe de réalité est lié au principe de plaisir : la recherche de la satisfaction doit tenir compte des contingences extérieures, des conditions imposées par ce qui ne dépend pas de nous... C'est sexuel !
- Heu... C'est possible... Si vous le disez !"

Je ne me souviens plus très bien de la suite de la conversation, seulement que les yeux, c'est moi qui ai commencer à les rouler, parce que les douaniers étaient fatigués, peut-être, à travailler de nuit, je sais pas, vous avez déjà travaillé la nuit ? C'est fatiguant, hein ? Bref : si j'avais très envie de partir, et c'était surtout parce quand le bleu m'avait demandé mes papiers, je les avais TOUS sortis de mon portefeuille, replié le bazar là-dessus, sur la paperasse, et fourré l'ensemble dans les mains du type, genre "démerde-toi avec ça", et, profitant de la confusion occasionnée par cette providentielle pluie administrative, j'avais balancé mon shit dans le caniveau ; et je n'allais être rassuré qu'une fois parti loin de là. Car, effectivement, je me droguais beaucoup, et souvent, et longtemps, à cette époque, on n'a pas tous les jours vingt ans.
Aussi, arrivés dans ce que je n'ose toujours pas appeler notre appartement (trop petit), on a fumé un gros pétard pour fêter ça. "- Est-ce que tu vois du bien ?", qu'on gueulait, avec l'accent ivoirien, moi aussi, oui, par mimétisme. 
Rideau.
Reggae.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Quichottine :0010: 24/11/2007 07:44

Euh...Il faudra que je revienne lire...

Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger 28/11/2007 07:40

Pas la peine ça va faire des émeutes

chris 23/11/2007 13:02

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!????????????????????????????????????????????????????'_ _ _ _ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  _ _ _ _ _  _ _ _ _ _ _  _ _ _ _ _  _ Rideau.

Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger 23/11/2007 21:37

Oui, mais sur quelle musique ?

Tatiana 23/11/2007 10:18

J'croyais que t'avais pas lu Freud ;) Alors.... Eh bien je vois que l'on a eut les mêmes 20 ans ;)))

Sébastien Clivillé, Hagaär Dünor, Totoseb, the Toxic Avenger 23/11/2007 10:21

Tatiana, tu es trop rapide ! Le reflexe du photographe, peut-être. j'avais pas fini ma concordance des temps. Et oui, le temps a passé, mais je me sens souvent comme à vingt ans...